Partager facebook twitter

Cleo T | Shadow Cabaret

Cleo Front 2


Il était une fois une caravane d’ombre et d’or dans les forêts d’automne.

Cleo et son équipée fantastique sillonnent les mers du sud jusqu’au grand ouest, entre Paris et San Francisco jusqu’aux campagnes Italiennes avant de s’établir à Bristol le temps d’un album réalisé par John PARISH et de quelques mystérieuses formules murmurées dans le soir.

Ouvrez la boite à secrets de la demoiselle Cleo

Les serres d’Auteuil | Paris

Cleo T Auteuil (c) 2010 vinciane verguethen
Un endroit magique, un moment fondateur, au milieu des oiseaux chanteurs et des fleurs tropicales.
L’aventure est née à Paris, il y a près de deux ans. J’ai la chance d’avoir de fantastiques acolytes, rencontrés de par les routes, Valentin Almight, Nicolas Laferrerie, Eric Birdream, Mitch Pottier, Gregor Autey, Hervé Mazurel et Maurizio Vierucci qui nous a rejoint depuis peu.

Cette vidéo au milieu des arbres est un peu comme un point d’origine du projet:

Toybox Studio | Bristol

Cleo T - Bristol (c) 2010 vinciane verguethen
C’est ici que nous avons enregistré notre premier album, avec John Parish.
15 jours intenses pour des sessions exclusivement live et un mixage sur table analogique.
Donc pas de place pour les hésitations ou les faux départs !
On a tenté de capturer l’instant, avec ses fragilités, avant que l’âme du morceau ne se disperse sur des prises trop nombreuses.
Et pour sûr, John est un maître en la matière.

Quelques images volées pendant l’enregistrement de Someday my Prince will come :

Le Divan du monde | Paris

La salle dans laquelle j’ai le plus joué. Elle est très importante pour moi car c’est ici que j’ai eu la possibilité de jouer avec John Parish, Woven Hand, Julee Cruise, Alexander Hacke, pas mal d’artistes qui comptent beaucoup dans mon univers musical.
C’est naturellement au Divan que nous avons organisé la release party du EP sorti sur Believe en juin.

Mestre | Venise

Cleo T Venise
Un des concerts les plus marquants de nos tournées italiennes. Nous avons joué Bella Ciao à Mestre, dans un contexte politique plutôt tendu, assez curieux de la réaction des spectateurs. Le public, tout d’abord interloqué, nous a ensuite accompagné sur tout le reste du morceau. Un moment très fort.

L’Italie est un peu ma maison, j’y reconnais le parfum des rues, la couleur des pierres, l’air tiède et embaumé, les fleurs aux fenêtres. J’y passe une bonne partie de l’année, dans le nord, autour de Milan ou sur la côté génoise.
Nous avons déjà tourné deux fois là bas, et nous y jouerons à nouveau en avril prochain à l’occasion de la sortie nationale de l’album.

Cimetière de la Recoletta | Buenos Aires

Cleo T Cimetiere
J’ai passé du temps en Argentine avant l’enregistrement de l’album et cela m’a beaucoup marqué. J’ai été touchée par le caractère vital, dramatique et profondément incarné de la musique et de la danse.
C’est cette chose essentielle, organique, qui me touche dans la musique populaire.
Quelque chose entre le Liberation Music Orchestra de Charlie Haden et les chants de travail italien, qui m’a beaucoup porté pendant la préparation de l’album.

Sausalito | San Francisco

J’adore la ville et plus particulièrement les îles de la baie. Une partie de ma famille y habite et le disque sort prochainement là bas, sur Saint Rose Records. J’y ai passé beaucoup de temps dans mon enfance et je dois aux Etats Unis une passion pour le cinéma, de John Huston à Mankiewicz et un amour certain pour la musique des déserts calcinés !
Des projets de film devraient également nous porter dans l’ouest américain au début de l’année prochaine.

Le parc aux daims | Nara

Un des endroits qui m’a le plus touché dans le monde. Son calme, sa grandeur et la présence du sacré partout, dans les arbres, les animaux et les sons qui tournent dans les montagnes.
Si l’album avait une aspiration particulière, ce serait certainement d’approcher cette proximité avec la nature, la grâce et le divin qu’elle recèle.

Tate Britain | Londres

La patrie de William Blake. La possibilité de voir ses œuvres est bouleversante.
C’est l’artiste qui m’influence le plus, la simplicité de ses poèmes, évidents et purs, leur force et leur grâce, l’imaginaire visionnaire de ses dessins.
Extrêmement sombre et résolument lumineux, au cœur du sacré.

Forêt Oyamel | Mexique

Cleo T Monarques
Très haut, au milieu d’un millier d’ailes.
Dans la forêt Oyamel du Mexique.
Sur un arbre multicolore peuplé de papillons migrateurs.
Traverser le monde à dos de monarque, humblement et plein de courage.
Dans le battement silencieux de l’univers.

Vous avez apprécié cette lecture ?

Abonnez-vous au site : RSS
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*