Partager facebook twitter

Edi Casabella | Voyageur Immobile

Edi Casabella - Street Interview

De l’immobile à l’insaisissable,
je suis là assis, à essayer de fixer le temps,
j’écris quelques phrases, prend deux/trois photos,
jette des pierres dans le ciel pour défier quelques âmes;
j’ai traversé des routes immenses à une vitesse folle,
j’ai senti la pluie traverser tout mon corps,
je te parle de soleil,
et puis j’ai fait le tour du monde sans jamais sortir de ma tête;
la terre est rouge et l’horizon existe.

Santarém, Amazonie


J’ai écrit ce titre pendant la remontée du fleuve Amazone en septembre 2010. J’ai enregistré la chanson guitare voix là-bas dans un Dictaphone et nous avons tourné les images dans les alentours de Santarém.

Alone a une résonance particulière c’est une introspection lors d’un voyage Chamanique.

Manaus, forêt amazonienne

J’irai cracher sur vos tombes
J’ai écrit ce texte il y a au moins quatre ans. C’est un titre qui me suit où que j’aille car je change souvent l’histoire des personnages. Seul le refrain reste identique : laisse moi écrire sur les larmes de ce monde…
Un clip existe il a été tourné de manière brutale : nous remontions une piste depuis déjà deux jours c’était très tendu car nous étions dans une zone où la déforestation massive était présente ainsi que les problèmes qui vont avec. Volontairement les images n’expliquent pas le texte. Elles nous emmènent dans quelque chose de moins évident. Je n’oublierai jamais ce moment de vie violent et magnifique.

Big Sur / Red Rock / Death Valley / Cholame

Edi Casabella Cholame
J’espère que tu danses
J’ai écrit cette chanson en mémoire d’un amour impossible.
Le clip qui en découle a été tourné dans plusieurs spot en Californie avec toujours cette même évidence : cette fille superbe et une lumière que l’on ne retrouve nulle par ailleurs.
J’ai surtout tripé vers Cholame avec les puits de pétrole, symboles d’une époque engloutie et d’un film inoubliable. Il y a un autre endroit absolument magique mais j’ai oublié le nom et au final je crois bien que c’est mieux comme ça…

Grand Canyon, Etats-unis

Edi Casabella grand canyon
« Et parait-il que celui qui ose regarder le vide prépare son envol… »

Mentawais, île de Siberut, Indonésie


Ce titre est particulier je me mets à la place d’un arbre qui raconte son histoire.
Je trouve que les images de Sheitan extrait du film A parallel world épousent la chanson sans rentrer dans un cliché.
Un des derniers peuples chamane qui vit en communion avec la nature.
« J’ai vu l’aube et la nuit faire l’amour comme des oiseaux de l’étrange… »

Metro Abbesses, Paris


Premier film de Hobo et Mojo
« Le lyrisme c’est une façon d’accorder sa vie selon son cœur
Comme au bord d’une falaise qui donnerait sur un océan
Et même en pleine rue ça n’a pas d’importance
Pour un visage
Une silhouette
Quelque chose d’entrevu de très grand, une sensation d’infini et qu’on aimerait tenir dans le creux de la main
Mais c’est impossible parce que même le plus petit des océans qui est l’océan arctique on ne peut pas le tenir dans la main
Alors tout ce qu’on peut faire c’est tenir la main d’une personne qu’on aime
Dans la foule foisonnante
C’est le lyrisme de vivre
Faire des montagnes d’une absence
Une maladie d’un bout de tissu qui nous échappe
Se faire un sang d’encre et ne pas forcément écrire,
Sentir son cœur comme certains jours de sa vie on aura peut-être ressenti la faim
Et puis pour finir
Accepter de se jeter à l’eau, là,
Dans le vitrail en soi d’un énième océan. »

Jérôme Attal

Cannes, France


Vénus, film de Hobo & Mojo
Avec une musique extraite de la mixtape qui doit sortir en novembre.
« Moi qui voulais être un aigle abattu en plein vol j’ai vécu comme un chien »

Lac du Dramont, Saint-Raphaël


En Hommage au titre Là ou les vagues se tuent

Passage de la main d’or, Paris


L’addiction et l’ambigüité, un duo virtuel avec Lana Del Rey extrait de ma mixtape (à venir en novembre)
Je l’ai écrit impasse de la main d’or à Paris le 15 septembre 2011, ce jour là je ne croyais plus en rien.

Yalta et Gizeh

Puisque le soleil meurt
Deux endroits m’ont inspiré ce titre :
Yalta,  là où en 1945 quelques individus ont partagé le monde et Gizeh où la pyramide de Khéops se trouve. Ce qui a inspiré Thalès notamment pour son théorème.
Dans ce titre, j’essaye de calculer ma hauteur depuis mon ombre portée…

Vous avez apprécié cette lecture ?

Abonnez-vous au site : RSS
Partagez cet article :

Une réponse à Edi Casabella | Voyageur Immobile

  1. RM dit :

    sublime aventurier des temps moderne …il nous fait partager le monde avec le coeur et les mots …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*