Partager facebook twitter

George Orwell | Le premier Anonymous ?

Je n’ai pas à proprement parler de souvenir lié à ce lieu; il ne m’y est rien arrivé. Pourtant, alors que nous parlons quotidiennement de « V pour Vendetta », des Anonymous, on en oublie presque le premier Anonymous : George Orwell. C’est ici qu’il est né. Pas forcément sur ce rond-point mais pas loin.

Sa vie mériterait une biographie de 5000 pages. D’ailleurs, il en a tiré pas mal de bouquins : son premier poste en Inde, la Catalogne et la guerre d’espagne, la misère à Paris et à Londres. Et il a écrit le chef d’oeuvre visionnaire qu’est 1984. Dont « V pour Vendetta », autre chef d’oeuvre, est une relecture.

Je n’ai aucune idée de la manière dont réagirait George Orwell aujourd’hui, s’il aimerait ou pas les Anonymous, ni d’ailleurs s’il approuverait l’idéologie que la BD « V pour Vendetta » prône. Cette idéologie au fait, s’appelle l’anarchie.

George Orwell, un homme qui a pris les armes pour aller se battre contre le fascisme dans un mouvement anarchiste. Cette anarchie qui permet de détruire une dictature et, peut-être, de reconstruire un monde plus libre.

Alors chaque fois que je vois un masque de « V pour Vendetta », le film qui a bien édulcoré le message de la BD, je pense à George Orwell, peut-etre le plus grand écrivain de langue anglaise du 20ième siècle et peut-être, peut-être, le père fondateur d’une nouvelle utopie pour le 21ième.

George Orwell

par Valery

Manager d'artistes, blogueur musique et marketing, consultant, découvreur de talents ? Plus maintenant. Maintenant j'écris Que du Bonheur.

Vous avez apprécié cette lecture ?

Abonnez-vous au site : RSS
Partagez cet article :

2 réponses à George Orwell | Le premier Anonymous ?

  1. Atm dit :

    Franchement Vrai :!!! Nom de tuuuUUTTT!!!

  2. romain dit :

    « Dans la dèche de Paris à Londre », je me souviens de l’endroit ou j’étais quand je l’ai commencé et de l’endroit ou j’étais quand je l’ai terminé (pas le même, je ne suis pas un rapide).
    Je pense à Orwell quand je vois un type qui fait la plonge dans un café parisien, je pense à Orwell, souvent. A Jack London et au « peuple des abysses », souvent. Je n’arrive pas à les dissocier.
    Je pense à V for Vendetta… tout le temps.

    Excellente idée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*