Partager facebook twitter

Yeti Lane

Yeti Lane

The Legion | London

Yeti Lane
crédit : Fabien Legay

Non pas que ce soit la meilleure salle de Londres, mais le lieu de notre rencontre avec Nathaniel Cramp de notre Label anglais Sonic Cathedral. C’était il y a quelques années lorsque Nat était plus organisateur de concerts que patron de label, même s’il sortait déjà pas mal de 45t. Il nous avait donc invité à partager la scène du Legion avec The Radio Dept.

Un très bon souvenir de Nat dansant sur un morceau de Ride avec un T Shirt de Spacemen 3 ! Depuis cette soirée on a gardé contact et jusqu’ici il a sorti tous les disques de Yeti Lane au Royaume Uni.
The Legion a fermé pour céder la place à un bar lounge…

(Ben)

Planet Sun Studio | Puteaux

C’est dans ce studio au bord de Paris que nous avons réalisé notre disque. C’est là où travaille depuis quelques temps notre ami et ingénieur du son Antoine Gaillet. On y a passé quelques semaines pour ne pas dire quelques mois. Ce n’était pas la première fois que l’on travaillait avec Antoine et c’était encore une fois un grand plaisir car on partage tous les trois la même passion pour le son. Il a su mettre en couleur nos morceaux, et combler nos envies.

(Ben)

Jours-lès-Baigneux

Petit village de bourgogne où l’on a passé quelque jours. Ca nous a permis d’aller visiter quelques maisons viticoles et de s’adonner au plaisir de la dégustation. Etonnant. Découverte plus surprenante lors de ce séjour, c’est le château de ce village isolé, et sa cheminée achetée par un riche américain et déplacée dans le Hearst Castle en Californie, domaine du magnat de la presse William Randolf Hearst qui inspira Orson Welles pour Citizen Kane.
(Ben)

Joshua Tree Inn | Californie

A l’entrée du parc de Joshua Tree, un hôtel où j’ai passé juste une nuit avec quelques amis lors d’un voyage en Californie. Dédié aujourd’hui à la mémoire de Gram Parsons, c’est dans une des chambres de ce motel qu’il passa l’arme à gauche. On y croise forcément des fans qui célèbrent le mythe.

Cet hôtel aux portes du désert du Mojave est impressionnant et ne laisse pas indifférent, on comprend pourquoi les Stones y passaient avec leur ami Gram!

(Ben)

Place Ducale | Charleville-Mézières

C’est à Charleville-Mézières, dans les années 90 que Ben et moi, encore lycéens, nous sommes rencontrés par l’intermédiaire de l’oncle de Ben, musicien également.  Nous n’avons pas tardé à jouer ensemble dans divers groupes, s’essayant à diverses expériences avec plus ou moins de succès, jusqu’à la création de Cyann & Ben en 2001, puis de Yeti Lane en 2008.  Si nous habitons désormais tous les deux à Paris depuis des années  et nous ne retournons à Charleville qu’occasionnellement, c’est toujours un plaisir de boire une bière en terrasse Place Ducale, et d’y retrouver de vieux amis.

(Charlie)

Mains d’Oeuvres | Paris

C’est dans ce lieu atypique que nous avons posé nos valises en septembre 2001. Nous cherchions un local de répétition où installer tous nos instruments et répéter régulièrement, et un ami nous a mis sur le coup d’un studio qui se libérait à Mains d’Oeuvres, complexe multi-culturel qui venait d’ouvrir depuis peu dans les murs réhabilités d’une ancienne usine de Saint Ouen. Le lieu a perdu de son effervescence depuis, mais à l’époque la programmation musicale était assez pointue et aventureuse, et je me rappelle que souvent, après de longues journées de répétitions nous nous glissions discrètement dans la salle de concert pour y écouter Black Heart Procession, Songs:Ohia, Jackie O’Motherfucker ou les Moldy Peaches…

(Charlie)

Ground Zero | Paris

Mon disquaire préféré à Paris, avec Souffle Continu. Avec le temps les modes de consommation de la musique évoluent, mais même si j’ai récemment fais mes adieux au format CD au profit du numérique, je reste fidèle au vinyle. Depuis sa création il y a quelques années, Ground Zero est un lieu incontournable. L’offre vinyle y est en augmentation constante, et la possibilité de manipuler les pochettes,de discuter avec une équipe sympathique, d’écouter, de découvrir, ne sera jamais remplaçable par internet …

(Charlie)

L’alibi | Paris

On nous demandait récemment lors d’une interview quels étaient nos lieux de prédilections pour sortir. On s’est retrouvés en peine de trouver une réponse, d’un part parce que ces lieux changent régulièrement, et d’autre part, il faut bien l’avouer, nous sortons moins ces derniers temps. En ce moment j’aime retourner à l’Alibi, dans le 18e. C’est un des premiers endroits où l’on m’a emmené quand je suis arrivé à Paris il y a une douzaine d’années. Pas de déco tapageuse, un mobilier plutôt dépareillé à la berlinoise, mais la musique y est toujours de qualité, l’ambiance sympa, et la sélection de bière pas mal non plus. Parfait pour boire quelques verres après une répétition à Mains d’œuvres.

(Charlie)

Cancale

Pour le souvenir d’une journée très agréable, il y a deux ans, au lendemain du concert des Flaming Lips à la route du rock. Nous nous étions retrouvés avec la bande Clapping Music pour déjeuner dans un restaurant de fruits de mer sur la plage, puis nous avons passé l’après-midi à nous balader le long de la côte. Les huîtres étaient bonnes, la région est superbe, le temps était au rendez-vous … Rien d’exceptionnel finalement mais c’est le genre de petits riens qui transforment un moment…

(Charlie)

Austin | Texas

Nous avons peu joué aux Etats-Unis, en fait notre expérience se résume à deux passages au festival South by Southwest, à Austin, en 2007 et en 2011.

Ce festival est vraiment dingue, plus de 2000 groupes programmés, la ville se retrouve transformée en un immense club, il y a des concerts partout, de 14h à 3h. A un tel point qu’on doute souvent de l’utilité d’un tel festival, on ne sait plus où donner de la tête et la concurrence est rude entre tous les artistes et toutes les salles. Mais malgré le bordel ambiant, la fatigue, le stress et la rudesse des conditions techniques, le fait de se retrouver au Texas (Ah ça ils l’aiment leur état, pas moyen d’y échapper) au milieu de toute cette effervescence est toujours assez fun.

(Charlie)

par Yeti Lane

Ben et Charlie sont deux et veulent sonner comme un groupe à 4. La preuve par "The Echo Show" leur nouvel album.

Vous avez apprécié cette lecture ?

Abonnez-vous au site : RSS
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*